L'immunité et la Santé

31/10/2018

Lorsque nous nous posons la question « Qu'est-ce que la santé ? », nous sommes habituellement confrontés à un vaste choix de réponses, aussi déconcertantes les unes que les autres.Si forme physique ne rime pas avec santé, nous sentons qu'il y a une vérité cachée derrière cette idée. La forme physique du système immunitaire fait partie intégrante de notre santé. Sans un système immunitaire actif, les défenses cellulaires (le système des globules blancs qui nous protègent) sont endormies. C'est donc sur le réveil des mécanismes de défenses cellulaires que les scientifiques ont porté toute leur attention et se concentrent désormais.L'augmentation extrême du taux de cancers de tous types a demandé innovation, invention et investissement dans l'approfondissement de notre connaissance de l'immunité. Il est devenu impératif de créer des méthodes pratiques, en vue d'aider et d'améliorer la fonction immunitaire.Notre niveau d'immunité, à savoir la façon dont notre système immunitaire est activé, dépend de la qualité et de la quantité des substances nutritives présentes dans notre alimentation, ainsi que des quantités de polluants dans notre corps. Les individus ayant un système immunitaire affaibli ou lent ont probablement plus de chance de développer des maladies, y compris le cancer, car le corps est moins apte à se défendre contre elles. Lorsque la force du système immunitaire dépend de facteurs externes, comme l'alimentation et la pollution, la plupart des cancers ont donc un agent environnemental comme élément déclencheur.Un composant essentiel de nos défenses immunitaires est les cellules tueuses naturelles ou lymphocytes NK. Ce type de globules blancs ou lymphocytes sont produits dans la moelle osseuse (tout comme les autres types de lymphocytes tels que les cellules T et B) et les cellules matures avec la cellule T dans la glande du thymus. La production de ces cellules de défense augmente en présence de cellules tumorales.Un lymphocyte, vu par un microscope électronique à balayage.

Lymphocyte

De tous les gardiens du système immunitaire, les lymphocytes NK sont les plus agressifs (acronyme de l'anglais natural killer, signifiant « tueur naturel »). Ils sont la base du système immunitaire et notre première ligne de défense contre les cellules mutantes et infectées par un virus comme les cellules tumorales et le récent Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui menace notre santé.Les cellules tueuses naturelles sont des lymphocytes sans mémoire immunologique et font partie de notre système immunitaire inné. Cela signifie qu'ils agissent par pur instinct, programmés pour détruire les cellules infectées et cancéreuses. Ces cellules représentent environ 5 à 16% de la population totale de lymphocytes et sont totalement dévouées à cette mission de recherche et de destruction.Cependant, les lymphocytes NKne tuent pas sans discernement. Ils recherchent une « bannière » arborée par les cellules normales et, s'ils trouvent cette bannière, ils éviteront ce genre de cellule. Ce signal outrepasse la forte envie des lymphocytes NK de tuer. Si cette bannière est absente sur la cellule cible, le lymphocyte NK attaque : il se fixe sur la cible et libère une dose mortelle de produits chimiques qui pénètrent la paroi cellulaire. Les liquides commencent à s'infiltrer et à s'échapper et, dans ce cas, la cellule explose.

NK cellule détruire des cellules tumorales

Les lymphocytes NK s'accumulent le plus souvent dans les tissus lymphoïdes secondaires - les amygdales, les ganglions lymphatiques et la rate - après avoir quitté la moelle osseuse. Là, ces lymphocytes NK attendent une activation (probablement après la stimulation par les cellules dendritiques sentinelles), avant de réagir de deux façons différentes. Soit ils secrètent rapidement des cytokines, protéines de messager chimique qui modulent les réponses des cellules T et B. Ou bien les lymphocytes NK deviennent de puissants tueurs de tumeurs et de cellules infectées par un virus. Bien que les lymphocytes NK fournissent une première défense cruciale contre plusieurs agents infectieux et cellules tumorales, ils le font plus par discrimination que par pure détermination.Cependant, les lymphocytes NK ne réussissent pas toujours à détecter les cellules tumorales. Ces cellules tumorales non détectées peuvent manquer de propriétés antigènes qui provoquent normalement le système immunitaire, ou bien les lymphocytes suppresseurs peuvent freiner l'assaut par les lymphocytes NK. Les lymphocytes NK ont un rôle majeur dans le système immunitaire, en attaquant le cancer. Les lymphocytes NK sont également supprimés par les maladies chroniques, comme les maladies virales chroniques. Par conséquent, il convient de prendre en compte une plus grande série de facteurs sur un sujet atteint de cancer, en dehors du simple nombre de lymphocytes NK.Des études ont montré que des patients avec une malignité persistante et des masses tumorales importantes ont une baisse d'activité des lymphocytes NK. La faible activité des lymphocytes NK est associée de manière significativeau développement de métastases. Chez les patients atteints d'une maladie métastatique, la durée de vie est en lien direct avec le niveau de l'activité des lymphocytes NK.En retirant une tumeur primaire, les cellules malignes potentielles peuvent être remises en circulation et se développer dans des foyers métastatiques secondaires. De plus, les effets répressifs de la chirurgie et de l'anesthésie sur l'activité des lymphocytes NK peuvent faciliter la survie de cellules tumorales libérées de la croissance de la tumeur primaire ou métastatique et contribuer à une augmentation de la fréquence des métastases.

NK cellule détruite cellule tumorale

La radiothérapie et la chimiothérapie réduiront l'activité des lymphocytes NK ; il est donc important de réduire l'effet indésirable sur le système immunitaire. La faible activité des lymphocytes NK se produit également lors de maladies auto-immunes et dans le cas du syndrome de fatigue chronique. Le fait que plusieurs produits chimiques courants altèrent, affaiblissent et diminuent la fonction et le nombre de lymphocytes NK est très inquiétantLes modificateurs de la réponse biologique peuvent augmenter l'activation, la prolifération ou la cytotoxicité des lymphocytes NK pré-existants. Les cytokines - comme les interférons IL2 et IL12 -, les produits bactériens, les lectines végétales et les extraits de plantes, le coriolus versicolor, les champignons médicinaux, le facteur de transfert et les antioxydants, comme la vitamine C, sont tous une fonction dans l'amélioration de la fonction immunitaire.En outre, il y a des demandes d'efforts visant à surmonter les effets répressifs de la chirurgie et de l'anesthésie sur l'activité des lymphocytes NK. Cette répression peut, de plus, faciliter la survie des cellules tumorales libérées de la croissance de la tumeur primaire ou métastatique et contribuer à l'augmentation de la fréquence des métastases. Par conséquent, de faibles doses d'interférons et l'utilisation complémentaire d'extraits de plantes peuvent se révéler sans danger et, dans le cas d'un traitement adapté, efficace dans la prévention du développement de tumeurs et de métastases.L'activation des lymphocytes NKpeut être facilement réalisée grâce à un traitement avec l'interféron, des inducteurs d'interféron, l'interleukine 2 et des adjuvants bactériens. Toutefois, les coûts sont élevés - en terme d'argent et d'effets secondaires. La volonté de trouver une alternative a conduit à rechercher des dérivés alimentaires fonctionnels capables de produire, sans effets secondaires, des effets positifs sur l'activité des lymphocytes NK.Des cellules tumorales après l'attaque de cellules tueuses naturelles.

Dr. Anthony Soyer,

M.B. B.S.

The Diagnostic Clinic

Londres, décembre 2004