Le nombre de cas de patientes chez lesquelles le cancer du sein est diagnostiqué augmente de jour en jour.

31/10/2018

Pour ma part tout a commencé par une échographie, ou plutôt par les changements sur le sein que j'ai commencé à percevoir. J'avais alors 58 ans. J'entends encore les deux mots prononcés à cet examen par la doctoresse : fibreux, malin. Etant donné que l'examen a été effectué dans un établissement privé, mon médecin traitant a demandé une mammographie. Outre une petite calcification, le résultat était négatif, cependant une nouvelle échographie a confirmé le premier résultat. L'opération a eu lieu après les examens habituels, puis il a fallu attendre des journées entières avant d'obtenir le résultat de l'analyse histologique - résultat positif. Devaient suivre 30 séances de rayons puis 5 de traitement hormonal.

Les infirmières du centre de radiothérapie m'ont fait savoir que chaque patient pouvait avoir une réaction différente à ce type de traitement. J'étais assez naïve pour penser que ça ressemblerait aux séances de bronzage au solarium. Dès la première semaine de thérapie j'ai compris combien je m'étais trompée - j'étais fatiguée, j'avais des nausées et avais perdu l'appétit, j'avais le tournis. J'espérais que le corps s'y habituerait progressivement mais ce n'était pas le cas et plus ça allait, pire c'était. Pendant la seconde moitié du traitement je me suis confiée à une amie qui m'a recommandé le produit ImunoBran avec lequel elle avait une bonne expérience. Elle m'a recommandé de prendre au départ des doses plus élevées : 1er jour - 1 sachet de produit toutes les deux heures, 2e jour - 5 sachets dans la journée et à partir du 3e jour 3 doses par jour. Dès le troisième jour j'ai ressenti une amélioration et à la fin du 4e jour j'ai fait part de cette nouvelle à mon amie. Ma série de radiothérapie s'est terminée en décembre 2015 et j'ai passé tout l'hiver sans tomber malade. L'immunité affaiblie par la radiothérapie et je vis maintenant ma deuxième année post-opératoire. Pour l'instant tout va comme il faut, mais je prévois me remettre au ImunoBran pour pouvoir éviter les éventuelles complications que pourrait causer une maladie. J'ai décidé de partager mon histoire pour aider ceux qui ont des problèmes semblables.

Le 4 octobre 2016, Nitra, Slovaquie